“Plus une personne monte les échelons de la hiérarchie professionnelle, moins il en sait sur ses sentiments”, explique le psychiatre allemand Christian Peter Dogs dans une interview pour “Der Bund”.

Pour accéder à une position élevée, un manager doit avoir une peau dure. Mais quelles en sont les conséquences pour sa vie privée ? Et pour sa personne?

Le prix à payer par les cadres supérieurs pour leurs postes est énorme: la plupart d’entre eux perdent leur identité émotionnelle et n’existent plus en tant que personnes privées. Dogs raconte comment, en animant un séminaire, il demande aux managers assis en cercle de se présenter au groupe sans mentionner leur fonction professionnelle. Les managers sont surmenés par cette tâche, car personne ne peut décrire qui il est en dehors de ce qu’il fait dans sa vie professionnelle.

De nombreux managers ignorent qu’ils entraînent dans leur vie professionnelle et privée les conflits chroniques qui découlent de la suppression des émotions. “Il n’y a pas de mauvais sentiments, à part ceux qui sont réprimées”, dit Dogs. “Chaque décision est émotionnelle, et mieux nous connaissons nos émotions, meilleures seront nos décisions – parce que nous saurons alors dans quelle humeur nous pouvons prendre de bonnes décisions. On ne devrait jamais prendre de décisions importantes sous le stress émotionnel, mais c’est exactement ce que font les managers tout le temps.

Afin d’améliorer leur qualité de vie, Dogs conseille aux managers d’apprendre à se déconnecter, par exemple, en diminuant les stimuli autour de soi ou en mettant de côté le smartphone de temps en temps.

Avez-vous besoin de soutien dans votre poste de direction? www.eckert-seminare.ch – pour plus de succès !

Source: https://www.derbund.ch/schweiz/Je-hoeher-er-aufsteigt-desto-weniger-weiss-er-von-seinen-Gefuehlen/story/18848893